Trek en montage : quelles chaussures choisir ?

La randonnée est un excellent moyen de se détendre et d’apprécier le monde naturel. Il existe toute une gamme d’activités, allant de courtes randonnées sur des sentiers définis à de vastes explorations dans la forêt. L’ascension de hauteurs plus élevées permet aux randonneurs de s’évader et de profiter non seulement d’une vue magnifique ou d’une meilleure qualité de l’air, mais aussi de mettre leur endurance mentale et physique à l’épreuve. Il est important de noter que des chaussures de marche appropriées sont nécessaires pour cette activité.

Choisir la bonne rigidité pour vos chaussures de montagne

La rigidité fait référence à la semelle de la chaussure et est déterminée en le pliant. Elle est considérée comme très souple si elle se plie comme une éponge. À l’opposé, si vous ne pouvez pas la « plier », elle est rigide. Les chaussures d’alpinisme technique ont une rigidité quasi-totale, ce qui signifie qu’elles ne peuvent pas être pliées, tandis que les chaussures pour le trek en montagne ont une faible rigidité.

La rigidité d’une chaussure peut sembler inconfortable au premier regard dans le magasin. En revanche, elle soutiendra le bas de la jambe et facilitera les efforts du pied sur les montagnes difficiles au fil du temps. En montagne, un manque de rigidité de la chaussure équivaut à une perte de stabilité du pied, qui s’adaptera automatiquement en exerçant un effort musculaire. Si vous voulez tester le terrain, n’ayez pas peur de choisir des chaussures pour le trek en montagne qui soient suffisamment rigides.

Choisir la bonne taille de chaussures de montagne

Lorsqu’il s’agit de chaussures rigides, il est généralement recommandé de prendre une pointure de plus que votre pied le plus fort. Portez une paire de chaussettes moyennes et tenez-vous debout avec la chaussure ouverte. Poussez jusqu’à ce que vos orteils soient en contact avec le bout de la chaussure. Un doigt doit pouvoir passer sous le talon dans cette position. Vérifiez que le talon ne se soulève pas complètement lors de la marche en laçant la chaussure.

Les chaussures pour le trek en montagne qui sont plus fines et moins rigides peuvent être d’une demi-taille plus petite que les chaussures « larges ». Le pied doit avoir un peu d’espace dans ce type de chaussures, mais pas trop. Vous ne recherchez pas un espace réel au niveau du talon, mais plutôt une sensation d’aisance et de séparation des orteils.

La bonne chaussure doit être capable d’accueillir votre pied et de le maintenir en place pendant la marche. Dans le passé, les marques étaient assez standard.

Chaussures de montagne avec imperméabilisation et membrane étanche

En raison de leur conception ouverte, les chaussures basses, souvent appelées chaussures d’approche, sont extrêmement sensibles à l’eau. L’aspect crucial reste dans le complexe de la respirabilité. Certaines coques en plastique sont assez imperméables, mais elles ne sont pas très respirantes. En raison de la condensation accrue, des engelures peuvent se développer dans ces chaussures orientées vers le nord.

Pendant l’effort, le pied transpire, et il fallait une chaussure à la fois imperméable et perméable pour lui permettre d’expulser sa propre transpiration. Cependant, la membrane ne remplit pas toutes les fonctions ; selon sa qualité et les situations spécifiques, elle peut être défectueuse. Parce que toutes les membranes ne sont pas égales, vous examinerez leur capacité d’imperméabilité, l’unité de mesure des imperméables et, surtout, leur respirabilité. Ils ne sont pas aussi efficaces qu’une membrane, mais ils peuvent donner à toutes vos chaussures pour le trek en montagne un revêtement déperlant.