Randonnée en montagne : bien choisir ses accessoires

 

La randonnée offre de nombreux avantages pour ses pratiquants. A savoir, découvrir de nouveau horizon en de bonnes compagnies, respirer de l’air frais en dehors de la ville, améliorer la condition physique du randonneur. Afin de profiter de ces avantages, il faut choisir correctement les accessoires suivants : les bâtons, les chaussures, le sac à dos, le contenant à eau et la boussole.

Les bâtons de randonnée

Les bâtons de marche sont aux randonnées ce que les casques sont au cyclisme. Ils permettent d’assurer la sécurité du randonneur pendant ses déplacements. Maintenant le corps à la bonne position, ils préviennent les chutes. Ils protègent les articulations en partageant les charges entre tous les membres. Ils assurent le rôle d’amortisseur lors des descentes et d’appui lors des montées. Ainsi, il faut observer plusieurs points avant de les acheter.

Visant à faciliter les mouvements du corps, ils doivent être légers. S’ils sont lourds, leur manipulation risque de demander beaucoup d’énergie. Pour des sorties fréquentes de quelques heures, il faut choisir leur version en aluminium. Par contre, pour des sorties occasionnelles, mais durables, il faut opter pour celle qui est en carbone. Cette dernière est plus facile à transporter. Le nombre de brins constitue un autre critère de choix important. Plus ces outils en comportent et plus ils sont simples à ranger. En général, ils peuvent en avoir entre 2 ou 3. Avec un seul brin, ils portent le nom de bâtons de marche nordique.

Un bon baton de randonnée doit être adapté à la taille de la personne qui l’utilise. De ce fait, il doit disposer d’un mode de réglage spécifique. Le plus simple et le plus sécurisé est le bloqueur externe ou le clip. La vis ou le bloqueur interne est plus complexe, mais peu encombrant. Enfin, il est important qu’il soit doté d’une rondelle adaptée au terrain et au climat. Le petit modèle convient pour les marches dans la prairie, sur un sol caillouteux ou sur un sol en terre en saison chaude. À contrario, la plus grande est la plus adaptée aux marches sur la neige.

Les chaussures de marche

Comme le bâton, les chaussures sont des accessoires de randonnées importants. Leur choix dépend du terrain et de l’état physique du randonneur. Si elles sont inconfortables, l’aventure en montagne risque de se transformer en parcours du combattant. Pour les choisir, il faut tenir compte de la qualité de sa tige, la partie qui couvre le pied. Sur les bonnes chaussures, elle peut être en cuir, en matériau synthétique ou en nubuck. Elle doit être munie d’une pièce synthétique servant d’insert d’étanchéité et de renfort amortissant les chocs. Haute, elle dépasse et soutient la cheville. Mid, elle reste au niveau de la malléole. Basse, elle touche la partie inférieure de la malléole.

Le confort des chaussures de randonnées change en fonction de leurs semelles. Celles-ci doivent être conçues avec un mélange de caoutchouc et d’un matériau résistant, mais plus ou moins souples. Elles doivent adhérer facilement au sol pour offrir un meilleur équilibre au marcheur, notamment sur des pentes glissantes. Enfin, les lacets constituent d’autres éléments importants de ces accessoires. Assurant le maintien des pieds, ils doivent être faciles à nouer.

Sur un terrain humide, il faut opter pour des modèles à tige basse qui protègent les pieds des eaux. De plus, elles sont souples et légères. Elles conviennent pour les sorties de courte durée. Pour les longs périples sur un terrain accidenté, il vaut mieux choisir les modèles à tige haute. Ils limitent la fatigue et assurent la bonne stabilité des pieds.

Le sac à dos

Le choix des sacs à dos de randonnée dépend de leur usage. Il repose également sur : sa capacité, ses compartiments, ses accessoires, ses fonctionnalités, son poids, et son type de portage. La capacité idéale pour parcourir une piste courte en journée varie entre 35 L et 45 L. Pour ceux qui peuvent durer de nombreux jours, elle est entre 50 et 80 L. En ce qui concerne ses compartiments, leur nombre doit correspondre à la quantité des équipements à transporter. Cependant, un bon sac à dos dispose généralement d’une subdivision principale à deux poches séparées par une paroi mobile. Il est muni d’une subdivision inférieure s’ouvrant avec un zip ainsi que de deux compartiments latéraux. Pour ce qui est de ses accessoires, il est équipé de sangles, de boucles ou de clips. Ceux-ci servent à accrocher les tentes, les crampons, les matelas ainsi que les outils de camping. Il est protégé par une couverture imperméable.

Le poids fait partie des critères de choix d’un sac de randonnée. Effectivement, voyager léger permet de gagner en vitesse et en performance. Toutefois, le confort repose en grande partie sur le système de portage. Chez les modèles les plus sophistiqués, il est formé de plusieurs armatures souples reportant leur charge sur les hanches. Il améliore les mouvements du randonneur. De plus, il est constitué de ceinture, de dos et de bretelles épais et matelassés, ce qui facilite la ventilation. Chez les grands modèles, il est constitué de bretelles larges ajustables. Il s’adapte au profil physique de l’utilisateur.

Le contenant à eau

Un marcheur se réhydrate tout au long de son aventure. Il a le choix d’emporter une gourde, une bouteille ou encore un sac à eau. Afin de déterminer celui qui lui convient le mieux, il doit connaitre ses besoins.

À titre d’information, la gourde est le contenant le plus courant et le plus connu. Elle est conçue, soit en plastique soit en aluminium. Ces deux déclinaisons sont toutes performantes et légères. Sa capacité varie entre 0,5 L et 1,5 L. Elle est équipée d’un grand ou d’un petit goulot. En général, la gourde est plus pratique, puisqu’elle est facile à manipuler. De plus, elle peut être munie d’un filtre purificateur d’eau. Cependant, c’est un accessoire difficile à entretenir et ne convient que pour les randonnées de quelques heures.
Le sac à eau constitue une alternative moins populaire que la gourde. Toutefois, de nombreux randonneurs s’en servent pour leur parcours de plusieurs jours. Il possède une capacité maximale de 3 L. Son système de fermeture et d’ouverture décline en différentes formes : petit, grand, suivant la longueur ou en cercle. Parfois, elle est dotée d’une pipette fixe s’accompagnant d’un robinet. Pour faciliter son portage, elle comporte une poignée. Comme le sac à eau, la bouteille d’eau peut remplacer la gourde, mais elle est plus difficile à transporter.

La boussole

La boussole figure parmi les accessoires indispensables au randonneur. Remplaçant le GPS, il l’aide à retrouver son chemin s’il se perd. D’abord, il faut savoir qu’il existe plusieurs sortes de boussoles sur le marché selon leur usage : la sportive, la vintage et la tendance. Leur choix dépend du goût de chacun. Ensuite, il faut choisir sa monture : avec lecteur carte, avec gousset, avec affichage digital ou avec vissée. Enfin, il est important de déterminer le matériau avec lequel elle est fabriquée. Elle peut être en bois, métallique, ou plastique.

Les types de boussoles dépendent également de leurs fonctionnalités. La plus courante est celle à plaquette qui est connue pour l’accessibilité de son prix et son côté pratique. Elle entre facilement dans le sac à dos. La boussole suisse à visser intéresse moins les utilisateurs, puisqu’elle est plus chère et difficile à ranger.